Peter Lowe

Updated: Feb 1

Peter Lowe prit part à la résidence TCAF 2013 à Lagamas.


artiste à l'œuvre
Peter Lowe à Lagamas durant l'été 2013

Né en 1938, à Hackney, Londres, R.U. – Travaille et vit à Londres

Peter Lowe étudie à Goldsmiths’ College de 1954 à 1960, suivant l’enseignement des Constructivistes britanniques Mary et Kenneth Martin. Il enseigne à Leeds College of Art de 1962 à 1964, puis est maître de conférence à Goldsmiths’ College School of Art jusqu’en 2000. Il est assistant d’enseignement auprès de Kenneth Martin pour l’université d’été Barry de 1963 à 1968.

Le travail de Lowe est rationnel, abstrait et géométrique. Après une courte période figurative, il commence en 1959 à expérimenter avec des assemblages abstraits en bois. En 1960, ses premiers reliefs géométriques figurent parmi les œuvres des jeunes artistes émergeants sélectionnés pour la magistrale exposition Construction 1950-1960 tenue à Drian Galleries. En 1972, il cofonde le groupe Systems, qui le conduira à prendre part à nombre d’expositions marquantes, notoirement Systems (Whitechapel Gallery, Londres, 1972), PIER+OCEAN(Hayward Gallery, Londres, 1980), Construction in Process I (Łódź, Pologne, 1981) et plus récemment Concrete Parallels: Brazilian and British Constructive Art (São Paulo, Brésil, 2012).

Depuis 1974 il est membre de International Workgroup for Constructive Art (Artbeitskreis). En 1974 son travail rencontre la musique pour la première fois, à travers une collaboration avec le composeur Michael Parsons (pièce pour piano Straightjacket).

Dans son commentaire du caractère rationnel de ses méthodes de travail, Lowe ‘admet que l’émotion et la subjectivité y jouent un rôle. Les émotions peuvent émaner d’idées et vice versa, et il est intéressant que certaines interactions visuelles attirent plus que d’autres. Quand je parle d’émotions, je ne me réfère pas au pathos ou au tableau ‘Gypsy larmoyant’. Les émotions se nourrissent des expériences et désirs et, comme les goûts personnels, sont rarement le produit de la rationalité. Je peux commenter comment et pourquoi une forme s’assemble à une autre, mais tout le monde ne partage pas forcement mon enthousiasme et inversement il se peut que je n’adhère pas à leurs obsessions. Les mathématiques et certains types d’art abstrait sont des activités similaires mais fondamentalement différentes. Elles partagent par exemple le même intérêt pour la répétition. Il existe des exceptions mais les artistes abstraits cherchent rarement à démontrer des théorèmes, tandis que ni les artistes ni les mathématiciens ne peuvent s’affranchir de la métaphore. Que nous puissions désigner une chose en lieu d’une autre est partie intégrante de notre façon de penser et voir.’

Les œuvres de Lowe sont présentes dans maintes collections publiques en Amérique Latine, Europe de l’Est, France, Italie et au Royaume Uni, y inclus auprès de Arts Council Collection, Victoria and Albert Museum et Tate Britain.

www.peter-lowe.com

Sur ce blog: Mauvaises Étoiles Transformables